Navigation – Plan du site
Rapport colonial : continuités et bifurcations

L’immigration européenne en Afrique à l’épreuve du régime de la « porte ouverte » des territoires sous mandat et sous tutelle internationale

Le cas du Cameroun français (1919-1960)
European Immigration in Africa under the Open Door Policy of International Mandate and Trusteeship Territories: The Case of French Cameroon (1919-1960)
Cyrille Aymard Bekono
p. 343-366

Résumés

Le statut international du Cameroun impliquait l’application du régime de la porte ouverte. Ce régime tendait à appliquer la pratique du libre accès, au Cameroun, pour les personnes étrangères. Les Européens saisirent cette opportunité pour amplifier leur présence au Cameroun français. Ainsi, du fait de certains facteurs, l’immigration européenne se caractérisa par une extrême timidité de 1916 à 1946. Après la Seconde Guerre mondiale, la posture libérale observée dans la gestion de l’immigration étrangère permit un accroissement substantiel de la population européenne. Cet afflux d’immigrants européens ne plut pas aux Camerounais, qui ne tardèrent pas à en demander l’arrêt. Dès lors, le gouvernement français décida d’améliorer la qualité de l’immigration européenne au Cameroun, en s’assurant de sa rentabilité économique. S’appuyant sur les paradigmes de la fermeture et de l’ouverture des frontières d’un pays aux flux migratoires entrant et sortant, cette étude examine les considérations endogènes et exogènes qui encadrèrent la gestion de l’immigration européenne au Cameroun français de 1916 à 1960.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De la timidité à la substantialité de l’immigration européenne au Cameroun français
Une immigration timide durant la période du mandat
L’inquiétude française face à la présence au Cameroun des Européens considérés comme « indésirables »
Le rigorisme des textes
Une immigration substantielle durant la période de tutelle
Les mobiles de l’accroissement de la population européenne
Les mesures prises en vue de simplifier l’immigration européenne vers le Cameroun
La délivrance des visas de transit
La délivrance des visas de court séjour et des visas urgents
La délivrance des autorisations de séjour et du permis d’embarquement
Des plaintes des autochtones du Cameroun à l’implémentation d’une immigration sélective
Les fondements de l’inquiétude des Camerounais
Les rapports quelquefois tendus entre les autochtones du Cameroun et les colons
Le problème de l’importation d’une main-d’œuvre européenne au détriment de la main-d’œuvre locale
La conciliation du principe de la porte ouverte et la satisfaction des intérêts des Camerounais
Les tractations entre les autorités de Paris et les administrateurs du Cameroun français pour un durcissement de la politique migratoire
L’amélioration de la qualité de l’immigration européenne

Aperçu du texte

La Première Guerre mondiale, qui dure moins de deux ans au Cameroun (14 août-20 février 1916), marque une rupture dans la continuité politique de ce pays. L’une des conséquences de cette guerre fut la redéfinition de son statut juridique : le Cameroun passa du statut de territoire sous protectorat allemand à celui de territoire sous mandat international de la Société des Nations (sdn). En 1946, la substitution de la sdn par l’Organisation des Nations Unies (onu) justifia le passage du Cameroun du statut de territoire sous mandat à celui de territoire sous tutelle. À partir de cette même date, suite à la transformation de l’empire colonial français en Union française, le Cameroun était considéré comme un territoire associé à cette Union.

En vertu des dispositions de l’article 22 du traité de paix de Versailles du 28 juin 1919, la France fut choisie par le Conseil de la sdn pour administrer la partie orientale du Cameroun. Cependant, la France ne devait en aucun cas considérer le Camer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Aymard Bekono, « L’immigration européenne en Afrique à l’épreuve du régime de la « porte ouverte » des territoires sous mandat et sous tutelle internationale », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/19004

Haut de page

Auteur

Cyrille Aymard Bekono

Université de Yaoundé I, Laboratoire des sciences historiques, Yaoundé, Cameroun.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page