Navigation – Plan du site
études & essais

Les célébrations du Maouloud au nord de la Côte-d'Ivoire

Entre espace de réislamisation, socialisation et quête de légitimité politique
Issouf Binaté
p. 39-58

Résumés

Cet article décrit un processus de réislamisation en cours dans la région d'Odienné, au nord de la Côte-d'Ivoire. Ce processus débute en 1996, lorsque le cheikh Matié Boiké Samassi instaure la célébration d'un Maouloud (Mawlid an-Nabî) dans son village de Kélindjan, en proposant une série d'innovations rituelles et organisationnelles mêlant sainteté, ferveur religieuse et moment festif. L'attractivité de ce Maouloud étant de plus en plus manifeste, le village devient alors un important centre religieux qu'investiront d'autres acteurs musulmans et des entrepreneurs politiques dans un contexte de retour à la normalité consécutive à une décennie de crise militaro-politique. Avec l'action conjuguée de ceux-ci, cette cérémonie annuelle s'est institutionnalisée en un « Méga Maouloud » sur le modèle, quoique d'ampleur moindre, des initiatives malienne et sénégalaise. En s'appuyant sur une approche diachronique, cette étude analyse la manière dont ces rencontres pieuses se sont muées au fil du temps en un espace de libre échange sur les problèmes séculier et temporel de la région.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Kélindjan et Dabadougou : historique de villages et de figures religieuses en expansion
Le Maouloud : singularité d'une pratique religieuse et vecteur d'une réislamisation au nord du pays
Le Maouloud : d'un espace de socialisation à une « arène » de positionnement politique

Aperçu du texte

Le Maouloud ou la commémoration de la naissance de Muhammad est un culte de dévotion au prophète de l'islam. Ses célébrations en Afrique de l'Ouest, peu visibles et circonscrites à certains grands centres religieux — notamment Djenné, Tombouctou, Kong, Samatiguila — avant l'entreprise coloniale à la fin du xixe siècle, sont une pratique des musulmans de rites malékites, l'école juridique dominante sur cet espace du continent. À partir de la décennie 1940, des débats sur sa légitimité ont opposé ce groupe aux hanbalites, plus connus sous les appellations de wahhabites, et ont parfois débouché sur des rixes (Kaba 1974 ; Triaud 1979 ; Brenner 1991 ; Miran 1998 ; Binaté 2012). Même s'il ne tire pas sa source du Coran et des hadiths, le Maouloud continue d'être une fête religieuse bénéficiant d'une popularité croissante (Holder 2009 ; Soares 2010 ; Holder & Olivier 2014 ; Binaté 2015).

La Côte-d'Ivoire, située dans cette partie de l'Afrique, connaît aussi cette effervescence autour de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issouf Binaté, « Les célébrations du Maouloud au nord de la Côte-d'Ivoire », Cahiers d’études africaines [En ligne], 225 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20553

Haut de page

Auteur

Issouf Binaté

Département d'Histoire, Université Alassane Ouattara, Bouaké (Côte-d'Ivoire) ; Département des Études africaines et d'anthropologie, Université de Birmingham (Royaume-Uni).

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page