Navigation – Plan du site
études & essais

Bons, fax et sacs de riz

Tenir et maintenir un circuit économique transnational (France, Sénégal)
Papers, Faxes, and Sacks of Rice. Managing and Maintaining a Transnational Economic Circuit (France, Senegal)
Amélie Grysole et Aïssatou Mbodj-Pouye
p. 121-150

Résumés

Depuis les années 1980, des émigrés ouest-africains ont mis en place des systèmes permettant le retrait dans leurs villages d'origine de denrées alimentaires payées en France. Cet article analyse le fonctionnement d'un tel circuit transnational dans la durée et les questionnements actuels autour de sa pérennité. Le recours au fax-marchandises, également appelé coopérative, correspond premièrement à la responsabilité sociale pour les hommes émigrés d'assurer le ravitaillement des concessions familiales au Sénégal, et deuxièmement à une contribution au maintien d'une des institutions du village transnational. Une ethnographie économique minutieuse de ces transferts en nature, ainsi que du système de la coopérative qui permet le crédit et l'anticipation, montre comment ces deux dimensions, adossées à des temporalités distinctes, s'articulent.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La coopérative, composante du tissu associatif des émigrés
Les caisses : affiliation obligatoire et réaffirmation des statuts
La coopérative : logique d'adhésion et base égalitaire
Un circuit transnational : du foyer au magasin
Recourir au fax-marchandises
Les transferts de Souleymane
Une réaffirmation du rôle masculin de l'émigré assurant la subsistance
Maintenir une institution du village transnational
Le crédit rendu possible : la force de la coopérative
Sanctions et régulation
La pérennité d'un système en question

Aperçu du texte

Depuis les années 1980, des émigrés ouest-africains ont mis en place des systèmes assurant l'envoi d'argent dans leurs villages d'origine, ou permettant le retrait dans ces villages de denrées alimentaires payées en France. Dénommés « fax », ils sont souvent établis dans des foyers de travailleurs migrants. Si le « fax d'argent » peut s'analyser comme une forme de transfert monétaire, parallèle à d'autres services financiers existants, le « fax-marchandises », qui permet de « payer au foyer pour consommer au village » (Daum 1998 : 54), est un service plus complexe qui combine achat et transfert. Ne relevant directement ni des régulations étatiques ni de formes de marché ouvertes à tous, ces fax se sont stabilisés dans la durée, charpentés par des règles de fonctionnement précises et une infrastructure matérielle et technologique faite d'une circulation réglée d'informations, d'argent et de biens. Cet article est consacré à l'analyse d'un fax-marchandises, également appelé « coopérat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Grysole et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Bons, fax et sacs de riz », Cahiers d’études africaines [En ligne], 225 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20587

Haut de page

Auteurs

Amélie Grysole

Centre Maurice Halbwachs, EHESS & Unité Minorités et migrations internationales, INED

Aïssatou Mbodj-Pouye

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page