Navigation – Plan du site
études & essais

Former des cadres « rouges et experts »

Mouvement étudiant congolais en URSS et parti unique
Educating Professional “Red Experts.” The Congolese Student Movement and the One Party
Patrice Yengo
p. 313-330

Résumés

L'arrestation de deux étudiants congolais de Moscou en juillet 1975 sert de trame à cet article qui relate les démêlés du mouvement étudiant avec le Parti congolais du travail (PCT), parti unique. Celui-ci, se réclamant désormais du marxisme-léninisme, s'était fixé pour tâche de former des cadres « rouges et experts ». Solidaire du mouvement étudiant congolais dans son ensemble, l'Union générale des étudiants congolais en URSS, luttant pour son autonomie, s'était insurgée contre cette option ayant pour objectif le contrôle exclusif de la jeunesse étudiante, jusque-là base sociale de la reproduction du pouvoir. Les tensions qui entraînèrent l'arrestation de ces deux étudiants peuvent être comprises dans ce contexte.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Mouvement étudiant, pouvoir politique : histoire d'une tension permanente
Avant et après l'indépendance
Chute de Fulbert Youlou, parti unique et gouvernement des techniciens
Pouvoir militaire, parti marxiste-léniniste : les derniers combats du mouvement étudiant autonome
Mouvement étudiant, mouvement populaire : la dissolution de l'UGEEC
L'UJSC à la conquête de la légitimité étudiante
La bataille de Moscou

Aperçu du texte

Le 27 décembre 1974, le commandant Marien Ngouabi, président de la République et Secrétaire général du Parti congolais du travail (pct), ouvre le 2e Congrès ordinaire du parti unique avec un discours-programme intitulé « Rectifions notre style de travail ou l'action créatrice des masses et le rôle déterminant des cadres » dans lequel il exhorte le Parti à former des cadres « rouges et experts » (Ngouabi 1975 : 196). Définissant le nouveau profil des cadres dont le pays a besoin, il distingue d'abord ceux qui ont bénéficié d'une formation supérieure dans une branche technique et sont appelés à occuper certains postes de responsabilité.

Dans le secteur privé, et même dans le secteur public, les cadres constituent une sorte de Tiers entre les propriétaires des moyens de production dont ils exercent en fait le pouvoir par délégation, et les autres catégories socio-professionnelles (agents de maîtrise, employés, ouvriers, manœuvres...) auxquels ils s'assimilent en tant que salariés et fon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Yengo, « Former des cadres « rouges et experts » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 226 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20686

Haut de page

Auteur

Patrice Yengo

Institut des mondes africains (IMAF), EHESS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page