Navigation – Plan du site
études & essais

Les stèles d’Aksum

Vers la fabrication d’un symbole national éthiopien
The Aksum Stelae: Towards the Creation of a National Ethiopian Symbol
Serge Dewel
p. 515-550

Résumés

Le patrimoine archéologique éthiopien est important par son ancienneté et son volume. Il est connu et scientifiquement étudié de longue date. Parmi les artefacts et monuments du passé, les stèles d’Aksum sont certainement celles qui ont le plus retenu l’intérêt des pouvoirs publics éthiopiens, selon des modalités et des enjeux qui varièrent avec le contexte politique — national et international — et la nature des régimes. De la mission allemande de 1906 (DAE) suscitée par l’empereur Mǝnilǝk II à leur intégration dans des monuments historicistes constituant l’embryon d’un style national, les stèles d’Aksum ont acquis le statut de figure héraldique, voire de symbole de la nation. Elles ont décoré les pavillons de l’Éthiopie aux Expositions universelles et illustré les billets de banque. Lors des événements les plus importants, elles réapparaissent, sortie de la nuit des temps éthiopiens. Seul le régime militaro-marxiste du Därg ne fit pas recours à son image. Cet article se propose de retracer les usages qui ont été fait des stèles d’Aksum, en tant qu’icône, dans la construction nationale éthiopienne et de s’intéresser à son rôle politique, depuis 1906 (date des premières recherches archéologiques) à 2008, date du retour à Aksum de la stèle installée à Rome en 1936 après un long bras de fer diplomatique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Genèse d’un symbole national
La souveraineté, une préoccupation majeure en Éthiopie
L’âge d’or de l’idée nationale et son affirmation iconique
Fabrication d’un symbole national
Le couronnement de 1930 : la première étape du processus
La restauration impériale (1941-1974) et l’affirmation du symbole
La stèle d’Aksum : vers une figure héraldique
L’historicisme comme style national ?
Patrimoine et politique

Aperçu du texte

L’Éthiopie, contrairement à d’autres pays africains, ne connut pas le stade du déboulonnage des statues du colonisateur. Occupée militairement par l’Italie (1935-1941), l’Éthiopie ne fut, cependant, pas colonisée. En revanche, à l’instar des États-nations africains en construction, elle dota sa capitale, Addis Abäba, de monuments publics destinés à représenter pouvoir et souveraineté, dès les années 1920. Certains d’entre eux devaient exprimer à la fois l’épaisseur considérable de la couche historique « nationale » et les racines bibliques de la dynastie et la légitimité du pouvoir en place, en s’inspirant pour cela des témoignages les plus anciens de la culture matérielle éthiopienne.

Le patrimoine archéologique éthiopien est important, par son ancienneté et son ampleur. Il a été exploré (Bruce 1790 ; Raffray 1876 ; Bent 1896), puis reconnu et scientifiquement étudié de longue date (Littmann 1913 ; Coulbeaux 1929 ; Kammerer 1926 ; Azaïs & Chambard 1931, etc.). Parmi les artefacts et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Dewel, « Les stèles d’Aksum », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20803

Haut de page

Auteur

Serge Dewel

CREE (Centre de Recherches Europes-Eurasie), INALCO-USPC, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page