Navigation – Plan du site
études & essais

Ghanaian “Monument Wars”

The Contested History of the Nkrumah Statues
Les « guerres de monuments ghanéens ». L’histoire contestée des statues de Nkrumah
Carola Lentz
p. 551-582

Résumés

Les monuments du premier président du Ghana, Kwame Nkrumah, se dressent aujourd’hui au Parc mémorial de Kwame Nkrumah à Accra et sont, depuis le tout début, l’objet de véritables « guerres de monuments » (Savage 2009). Depuis son inauguration au premier anniversaire de l’indépendance en 1958, la statue originale a en permanence été contestée. En 1961, les opposants au régime de Nkrumah l’attaquèrent avec une bombe ; en 1966, elle fut partiellement détruite et enlevée lors du coup d’Etat contre le Président. Ce n’est qu’en 1992, sous un gouvernement relativement favorable à Nkrumah, que le mausolée et la nouvelle statue furent érigés. Néanmoins, les contestations continuaient. Lors des festivités pour le cinquantenaire de l’indépendance organisées sous l’égide d’un gouvernement de tendance anti-Nkrumah, la statue décapitée fut érigée derrière le musée. Les Nkrumahistes interprétèrent l’acte comme un dénigrement. L’histoire des statues de Nkrumah au Ghana est révélatrice du paradoxe qui caractérise généralement les monuments : érigés pour faire perdurer la mémoire, ils demeurent imbriqués dans les conflits sociaux et politiques. Les conflits autour des statues de Nkrumah évoquent les luttes politiques ghanéennes entre les partis dirigeant et d’opposition. Ces partis, même aujourd’hui, se représentent soit comme les héritiers, soit comme les opposants de Nkrumah. Or, les conflits autour des monuments illustrent la manière dont la politique et l’esthétique de la commémoration se sont transformées au cours des dernières décennies de simples formes de vénération, de confrontation et de destruction en formes plus subtiles de recontextualisation et de pluralisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Constructing the Prime Minister’s Statue (1956-1958)
Contesting, Repairing and Replicating the Prime Minister’s Statue (1956-1966)
Rescuing the Original Statue(s) and Creating the Nkrumah Mausoleum (1972-2000)
Constructing New Monuments, Continuing the “Monument Wars” (2000-2014)

Aperçu du texte

In January 2012, Ghana’s President John Evans Atta Mills unveiled an imposing statue of “Osagyefo (‘The Redeemer’) Kwame Nkrumah,” as the inscription reads, at the forecourt of the new African Union building in Addis Ababa. The three-and-a-half meter high bronze statue was cast in Ghana, but modelled on the very first Nkrumah statue, which had been created by the Italian sculptor Nicola Cataudella and inaugurated in front of the Old Parliament House in Accra at the eve of the first independence anniversary in 1958. The statue shows Nkrumah dressed in his famous fugu, the popular Northern Ghanaian smock, which he was wearing when he declared independence, his right hand lifted in greeting, his left hand holding a walking stick, and his eyes gazing into the distant future (Fig. 1). The dedication at the base of the Addis Ababa monument quotes a pronouncement that Nkrumah made during the opening conference of the Organisation of African Unity in May 1963: “Ethiopia shall stretch forth ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carola Lentz, « Ghanaian “Monument Wars” », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20822

Haut de page

Auteur

Carola Lentz

Department of Anthropology and African Studies, University Johannes Gutenberg, Mainz (Germany).

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page