Navigation – Plan du site
études & essais

Les monuments du septennat à Brazzaville

Une statuaire publique pour la Renaissance nationale
The Monuments of the Seven-Year Term in Brazzaville. Public Statuary for a National Renaissance
Nora Greani
p. 619-640

Résumés

Les Monuments du septennat constituent une récente commande étatique passée à une compagnie d’exploitation nord-coréenne en vue du réaménagement et de la modernisation de la République du Congo. Édifiés sur les grandes places publiques de la capitale, Brazzaville, dans le cadre des festivités du cinquantenaire de l’indépendance, ces monuments se composent d’un obélisque, d’une colonne de l’indépendance, d’une statue de la liberté, d’une colombe de la paix et des statues de Fulbert Youlou et de Jacques Opangault (respectivement président et vice-président de la République de 1960 à 1963). La connotation politique de cet ensemble de monuments est forte, leur dénomination se référant explicitement au mandat présidentiel de Denis Sassou N’Guesso de 2002 à 2009. Cet article se propose d’étudier cet ensemble statuaire en tant que mise en scène de l’État et de ses nouveaux symboles, au travers de sa vocation à promouvoir une « renaissance nationale » et plus largement à construire la légitimité des élites actuelles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Stratification du message politique
Renaître de la guerre civile
La femme comme symbole national
D’Ondongo à la Liberté
Nord et Sud
Nouveaux fétiches de l’État

Aperçu du texte

À l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance en République du Congo en août 2010, l’État passe commande de six monuments dits « Monuments du septennat » auprès d’une compagnie nord-coréenne. Répartis sur les grandes places publiques du centre-ville de la capitale Brazzaville et inaugurés entre 2009 et 2011, ces monuments se composent d’un obélisque, d’une colonne de l’indépendance, d’une colombe de la paix, d’une statue de la liberté et des statues de Fulbert Youlou et de Jacques Opangault, respectivement président et vice-président du premier gouvernement indépendant (1960-1963). Contrairement au Monument de la Renaissance africaine à Dakar au Sénégal (commandé auprès de cette même société nord-coréenne et érigé en 2010 dans un contexte commémoratif similaire), qui avait retenu l’attention des médias internationaux et de chercheurs (De Jong & Foucher 2010), les Monuments du septennat sont passés quasiment inaperçus. Pourtant, depuis son édification, cet ensemb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Greani, « Les monuments du septennat à Brazzaville », Cahiers d’études africaines [En ligne], 227 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/20841

Haut de page

Auteur

Nora Greani

Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’institution de la culture – Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain (LAHIC-IIAC), CNRS-EHESS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page