Navigation – Plan du site
études et essais

Il était une fois les Yoruba...

Bernard Müller
p. 483-503

Résumés

Le théâtre traditionnel yoruba (Yoruba Traditional Theatre ou Yoruba Folk Opera) est aujourd'hui en crise. À travers cette situation, c’est la problématique de tout un milieu qui se donne à voir. On passe de 1860 à 1980 de l'ethno-genèse yoruba à un étiolement progressif dont la déroute économique, violence, politique et l’émigration constituent quelques traits marquants. Ce processus que d’aucun qualifierait d’« ethno-implosion » peut être décrit comme un moment de recomposition violente du tissu social qui se caractérise par une situation anomique et par une parcellisation des centres de pouvoirs et des foyers de violence. Le consensus qu'espérait susciter la bourgeoisie yoruba autour de la fiction culturelle qui étayait le réseau institutionnel hérité des missions du XIXsiècle s'est dissolu en raison d'une fragmentation sociale extrême causée par une situation économique désastreuse. Qui, aujourd'hui, peut encore, à l'instar de Samuel Johnson (cité en tête de cet article), énumérer les noms et narrer l'histoire des rois yoruba depuis l'origine ? La filiation étant coupée et le projet nationaliste sabordé, les individus qui formaient la bourgeoisie yoruba sont-ils à nouveau condamnés à l'errance ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Müller, « Il était une fois les Yoruba... », Cahiers d’études africaines [En ligne], 171 | 2003, mis en ligne le 15 septembre 2003, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/213

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page