Navigation – Plan du site
études et essais

The United States and the Liquidation of European Colonial Rule in Tropical Africa, 1941-1963

Ebere Nwaubani
p. 505-551

Résumés

Les États-Unis et la liquidation de l’autorité coloniale européenne en Afrique tropicale, 1941-1963. – Les États-Unis occupent une place de choix dans la littérature consacrée à la fin du colonialisme en Afrique. Ce pays, dit-on, a facilité le processus en poussant les Européens a de rapides concessions politiques avec les Africains. Ce point de vue a encore du poids aujourd’hui, et il est fréquemment exprimé dans les livres et les cours consacrés à l’histoire de l’Afrique. Peu importe que les prétentions d’un anticolonialsime américain soient fondées non pas sur une étude de sources de première main mais sur des suppositions. Le nombre croissant de documents officiels désormais accessibles à tous plaide en faveur d’une étude empirique d’un sujet intimement lié au discours africaniste sur la décolonisation. C’est exactement l’objectif de cet article qui montre que la perception courante du rôle des États-Unis dans le processus de décolonisation est trompeuse. Les États-Unis, de manière tout à fait évidente, souhaitaient et s’efforçaient de conserver une forte présence européenne en Afrique, même après les indépendances. Cet article explique les raisons de cette attitude et attire l’attention sur certains aspects saillants de la politique américaine envers l’Afrique entre 1941 et 1963 : un parti pris excessif en faveur de l’Europe, le souhait d’exploiter les ressources africaines pour reconstruire l’Europe, et le peu d’importance accordée à l’Afrique dans les calculs stratégiques des États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ebere Nwaubani, « The United States and the Liquidation of European Colonial Rule in Tropical Africa, 1941-1963 », Cahiers d’études africaines [En ligne], 171 | 2003, mis en ligne le 15 septembre 2003, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/214

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page