Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Chaillot, Christine. — The Ethiopian Orthodox Tewahedo Church Tradition. A Brief Introduction to Its Life and Spirituality

Paris, Inter-Orthodox Dialogue, 2002, 256 p., annexes, cartes.
Stéphane Ancel
p. 693-694

Texte intégral

1Christine Chaillot est une laïque attachée au patriarcat grec orthodoxe œcuménique de Constantinople et fondatrice de l’association du Dialogue inter-orthodoxe. Hérault du rapprochement entre l’Église éthiopienne et le patriarcat de Constantinople, elle a pu ainsi rencontrer les plus grandes instances de cette Église et parcourir l’Éthiopie chrétienne. Conjuguant le récit de voyage avec une étude systématique, elle nous présente ses expériences, ses rencontres et son travail sur l’Église éthiopienne et ses caractéristiques contemporaines.

2Elle nous offre un ouvrage clair et concis, recommandable à tous ceux qui voudront appréhender les diverses facettes du christianisme éthiopien tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Se voulant être une introduction et donc ouvert à un large public, l’ouvrage va de la présentation de l’organisation interne de l’Église éthiopienne aux différents aspects que peut prendre le christianisme dans la vie de tous les jours des simples fidèles.

3Une première partie sur l’administration ecclésiastique permet de comprendre les enjeux actuels d’une institution qui représente la plus grosse communauté chrétienne de toute l’Afrique de l’Est. Après une introduction historique que nous regretterons un peu courte, l’auteure nous présente les différents aspects de la hiérarchie ecclésiastique. Cet exposé reste clair malgré la complexité des rouages d’une telle administration.

4L’auteure a pris le parti de séparer l’administration centrale du haut clergé de l’administration locale, qui sera exposée plus loin dans l’ouvrage. Ainsi présente-t-elle dans cette première partie les sphères décisionnelles du patriarcat, en établissant l’ensemble des responsabilités de chaque personnalité, conseil ou institution. La présentation du conseil des paroisses (Parish Council), qui gère les politiques de l’ensemble des paroisses ou encore de l’histoire des mouvements de jeunesse et du mahbär qedusan raviront les spécialistes tant il est vrai que ces institutions n’ont que peu été décrites auparavant. La diaspora éthiopienne ainsi que l’Église érythréenne n’ont pas été oubliées. Les actions des missions éthiopiennes aux Antilles nous permettent de comprendre comment une église largement considérée comme attachée à un territoire, la seule Éthiopie, peut prétendre au prosélytisme, soit en suivant sa propre diaspora, soit en s’implantant là où d’autres, comme les fidèles du rastafarisme, ont revendiqué un attachement particulier à l’Église éthiopienne.

5La deuxième partie du livre, plus axée sur la vie spirituelle permet au lecteur de découvrir l’univers religieux des simples fidèles. L’auteure nous fait part autant de ses expériences que de ses lectures, ce qui lui permet de nous proposer un tableau complet des rituels et de la liturgie éthiopienne sans en oublier la dimension sociologique. Les périodes de jeûne, ainsi que l’ensemble des formes que peut prendre le culte des saints, en passant par la vie monastique : l’auteure n’oublie rien des facettes fondamentales du christianisme éthiopien.

6Le livre est complété par des annexes qui instruisent le lecteur. Les cartes sont nombreuses. Les schémas représentant la hiérarchie ecclésiastique, ainsi que le plan de l’intérieur d’une église sont de bons compléments à l’exposé. On regrettera toutefois de les trouver à la fin de l’ouvrage et non à l’endroit où ils sont développés dans le texte. Le livre se termine par une bonne bibliographie que nous tiendrons pour exhaustive.

7Cet ouvrage a la vocation de toucher un large public. Cela ne va pas sans quelques contradictions. Certaines parties combleront les spécialistes mais dérouteront le plus large public devant la masse d’informations présentées. Certains problèmes liés à la pagination du livre peuvent perdre le lecteur. Les chapitres et leurs sous-sections restent peu visibles. Le système de numérotation dans le chapitre sur le mahbär qedusan est défaillant si bien qu’on ne sait pas s’il s’agit d’un classement des différentes fonctions de ce conseil ou d’une exposition des différents éléments en faisant partie. De même, les spécialistes seront déroutés par la décision de l’auteure d’utiliser une transcription des termes amhariques ou guèzes non scientifique, peu probante et aléatoire, ne permettant pas de distinguer trois des voyelles de l’amharique ! L’absence totale de notes en bas de page est préjudiciable.

8Bon complément à l’ouvrage de Kirsten Stoffrengen-Pedersen, le livre de C. Chaillot permet d’avoir à sa disposition une présentation de l’Église éthiopienne, certes moins érudite, mais plus axée sur une étude de terrain, sur un christianisme original et vivant, tel qu’il est pratiqué par les Éthiopiens eux-mêmes. C’est ici que réside toute la valeur de son travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ancel, « Chaillot, Christine. — The Ethiopian Orthodox Tewahedo Church Tradition. A Brief Introduction to Its Life and Spirituality », Cahiers d’études africaines [En ligne], 175 | 2004, mis en ligne le 13 mars 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/4787

Haut de page

Auteur

Stéphane Ancel

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page