Navigation – Plan du site
notes et documents

Les musées africains en ligne

Du public local au public mondial
African Museums online : From the Local to the Global Public
Roberta Cafuri
p. 923-936

Résumés

Ce travail est une réflexion autour des représentations des cultures africaines et du nouveau rapport entre musée et visiteurs sortant de la visite d’un musée virtuel. Le scénario multimédia possède, en effet, une structure particulière : tout en ne remplaçant pas le parcours dans l’espace-musée ou le contact physique avec les objets, le musée en ligne donne cependant naissance à différents modèles de visite virtuelle : par imitation, par immersion, par substitution et par analogie. Ces types de remodelage de l’espace muséal s’inscrivent dans le processus par lequel les individus et les groupes sociaux organisent et modifient les espaces où ils vivent. Ce faisant, ils transforment les hiérarchies et les frontières qui les séparent et qui les structurent en distances, articulations et connexions. Tout comme le territoire, internet et les sites web des musées africains sont le scénario d’une politique de l’espace qui non seulement oppose des intérêts économiques, mais négocie aussi des réseaux de solidarité interethniques ou rend évidente l’exclusion raciale.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de ces vingt dernières années, de nombreux musées ont expérimenté les possibilités liées aux technologies de l’information et de la communication (tic). Pour répondre aux exigences d’un large public qui dépasse les spécialistes d’histoire de la science ou de l’art, les musées recourent à des expositions ou à des publications de vulgarisation, auxquelles se sont ajoutés des produits multimédias tels que les vidéos, les cédéroms, les documentaires destinés aux télévisions câblées, les liaisons par satellite, les vidéo-conférences et les sites internet (Fahy 2000 : 89-97). Aujourd’hui tous ces moyens sont employés pour attirer de nouveaux visiteurs dans les musées. Grâce à internet par exemple, un large public peut avoir accès aux musées. Un parcours convivial éveillant la curiosité et la réflexion peut, en effet, faciliter l’accès aux images d’un certain patrimoine culturel. Par courrier électronique, le musée répond aux demandes d’informations ou bien reçoit l’avis des visiteurs de la galerie ou du site virtuel. En s’inscrivant à une liste de discussions, les visiteurs peuvent également dialoguer avec d’autres individus disséminés dans le monde entier.

2Dans la réalité comme dans l’espace virtuel, la recherche de différentes configurations des musées a cependant eu pour but non seulement d’animer le musée ou de l’ouvrir à un public plus large, mais surtout de faire en sorte que ce même public puisse s’approprier son patrimoine et prendre des initiatives. Des responsabilités importantes pèsent sur les musées africains. Le choix entre différentes représentations de l’identité culturelle ou nationale a des conséquences sur le plan de la conscience politique et sur celui de la consommation des images de l’histoire, du temps et de l’espace, qui constituent les matières premières avec lesquelles se forge notre expérience subjective d’individus. Aujourd’hui, ce processus est compliqué car un Africain, loin d’être enfermé dans une identité locale plus au moins homogène par rapport à l’identité nationale, se retrouve lié aux autres par des rapports personnels, économiques, professionnels ou financiers qui transcendent les frontières culturelles et spatiales de la nation. Cette association entre l’économie, les styles de vie, les modèles d’organisation et les cultures est typique de la globalisation (Sassen 2000 : 224-227). Dans ce cadre, les interactions entre individus donnent naissance à des espaces d’échanges frontaliers dans le territoire de la nation même, le plan local étant mis en réseau avec le mondial. C’est à peu près ce qui se passe dans l’espace muséal sur internet. Les « zones de contact » (Clifford 1999 : 270), les sites virtuels des musées semblent s’approcher de ce modèle d’interaction, lié à la notion d’un espace croisé par des individus porteurs de cultures, d’identités et d’approches du savoir différentes.

  • 1  www·epa-prema.net\abomey\guestbook\suite.htm, 23 mai 2000.

3La communication multimédia ainsi que les nouvelles tic créent donc des rapports de proximité entre des individus éloignés dans le temps et dans l’espace en employant des éléments visuels, sonores et bidimensionnels, ce qui devient plus qu’un échange de textes (Vidal 1999). Mais les textes ont encore un rôle important à jouer : dans le forum, tout le monde peut échanger des jugements et des suggestions et intervenir d’une façon active dans la construction de la vision du passé. Reconstruire comment les mémoires individuelles et collectives se fragmentent et se reconstituent à partir de la visite d’un musée africain virtuel n’est toutefois pas encore possible, car ces musées ont rarement mis en place sur internet un service relationnel avec le public ou des forums permettant d’exprimer des opinions et de discuter avec d’autres utilisateurs qui ont visité des musées sur la toile. On peut lire dans le site du Musée historique d’Abomey la demande d’un Béninois, Hakim Aphity, qui vit à l’étranger : « Le site est très bien fait. Félicitations les gars, that’s the way to go. Mais j’aimerais apporter des améliorations pour votre site. Vous pouvez créer des forums de discussions et un chatroom pour tous les ben’s de l’extérieur comme de l’intérieur » 1.

4L’ouverture à un large public continue donc de représenter le principal défi pour les musées africains réels et virtuels, tout comme l’est — même pour les musées occidentaux — la participation active des populations dans la représentation de leurs propres histoires, productions artistiques et styles de vie. Il s’agit du défi qui devra être relevé par les nouvelles technologies appliquées aux patrimoines, d’autant plus pour les sites internet des musées qui ont un public mondial. Peut-on parler de la culture et des traditions locales à ce type de public, comme les musées le font avec les gens du territoire qui les abritent ? Cette tension entre les niveaux local et international de la culture est, comme on le verra, évidente dans les sites web des musées.

Les musées africains entre le local et le mondial

5Les sites des musées africains sont confrontés non seulement au choix de la représentation des aspects de la société ou à celui de l’interprétation de l’histoire, mais aussi au choix du public avec lequel ils doivent communiquer.

  • 2  Pour une liste des sites web des musées africains en ligne, voir l’annexe.

6Les musées africains ayant un site internet concentrent leur attention sur les aspects les plus divers du continent. C’est ainsi qu’ils peuvent traiter des sites historiques classés dans la liste du Centre du Patrimoine mondial de l’unesco, tels les palais royaux dans le Musée historique d’Abomey au Bénin, ou bien de l’art africain, comme à la Durban Art Gallery d’Afrique du Sud, ou bien encore des objets de la culture matérielle et immatérielle du musée de la Civilisation de la Côte-d’Ivoire ou du National Museum of Namibia, ou, enfin, de l’évolution du milieu géophysique et animal du National Natural History Museum d’Arusha en Tanzanie 2. En général, les musées africains font allusion dans leurs sites internet aux aspects « ethniques » et aux ancrages territoriaux des formes culturelles représentées, alors que le public n’est qu’en moindre mesure local ou appartenant au continent africain (Avaro & Godonou 2001 : 56-55), car les visiteurs des musées virtuels sont, pour la plupart, des Africains demeurant à l’étranger. Les significations attribuées au patrimoine culturel africain par ces publics hétérogènes seront donc différentes en fonction des contextes historiques et culturels de leur provenance.

  • 3  Les actes du Premier sommet européen sur l’e-learning, c’est-à-dire sur l’apprentissage dans des a (...)

7Les contextes sociaux et les territoires géographiques de ces publics sont différents, ainsi que l’instant où a lieu la consommation d’un même produit. Ces différences marquent la façon d’interpréter les messages de la part des destinataires qui jouent ainsi un rôle actif (Appadurai 2001). En effet, au-delà des interprétations fournies par les représentations virtuelles des musées, les significations sont fabriquées de manière active par les visiteurs aussi. Elles varient culturellement selon la perception, la mémoire et le sens logique que nous décidons d’attribuer aux choses. Ce sont les connaissances et les expériences individuelles, culturelles et historiques préexistantes qui créent les modalités différentes d’apprentissage et d’interprétation du savoir (Ogbu 1995). Il faut tenir compte de cela dans les rubriques didactiques des musées virtuels, pour éviter que les textes et les images ne reproduisent les styles de communication propres aux publications et manuels qui supposent une réception passive et univoque du message envoyé 3.

8La complexité de la mise en ligne des contenus multimédias est donc due au fait qu’il faut considérer les contextes culturels des utilisateurs. Selon Alexandra Vol (1999 : 68-69), si on ne le fait pas, le musée en ligne propose une interactivité qui n’est qu’un « simulacre conversationnel », n’engageant pas plus que le musée réel un vrai dialogue avec son public. La notion même de public se conçoit donc différemment selon les caractéristiques socioculturelles des utilisateurs d’internet.

Musées virtuels et publics

9Sur le rapport à établir entre le public et les sites des musées sur internet, Thomas Lowderbaugh a défini, à partir de l’expérience liée au site de la Smithsonian Institution, quatre principes essentiels à suivre. Pour organiser un service en ligne efficace, il faut : concevoir et structurer le travail de façon à répondre aux exigences du public qui souhaite des informations actualisées, aisément accessibles et interactives ; donner aux utilisateurs la possibilité de choisir un format pour télécharger les informations du site ; tirer profit des expériences passées pour introduire des modifications dans le service ; accorder plus d’importance aux communautés qu’au contenu (Lowderbaugh 2000). Le concept de communauté, considéré par Lowderbaugh comme l’élément-clé de la communication virtuelle, est cependant pour les sciences sociales l’un des plus problématiques. En outre, il faut ajouter une autre complication qui est l’extension du mot « communauté » qui fait aujourd’hui également référence à l’interaction sur internet.

10Loin d’être des organismes sociaux caractérisés par des règles de comportement, des systèmes et des formes de culture partagés à l’intérieur d’un territoire défini, les communautés virtuelles sont, au contraire, des formes d’association qui se créent et se maintiennent dans un espace de communication non physique. Comment se réalise cette dynamique sociale ? Le réseau internet transmet des signaux qui activent, chez les destinataires, la construction de contenus mentaux, de sentiments ou d’idées pouvant être partagés, au-delà de la fréquentation réelle qu’ils entretiennent entre eux (Rheingold 1994). Des individus peuvent ainsi travailler ensemble grâce au courrier électronique dans un temps asynchrone ou bien dialoguer de façon synchrone, indépendamment de la distance géographique. Cette conception de communauté virtuelle s’appuie cependant sur le principe que tout le monde possède un accès à internet et puisse jouer son rôle de consommateur d’images et de créateur de liaisons virtuelles, en participant à un chat ou à un forum. Dans la réalité, les choses sont différentes. Malgré le rêve de communiquer à différents publics le langage de la culture, de l’art, de l’histoire et des sciences, les musées africains virtuels doivent cependant faire face aux contraintes dues à la fracture numérique qui sépare le public local des visiteurs étrangers par leur statut d’usagers différent.

Le contrôle des technologies et des représentations

11Le cyberespace, considéré au début comme la scène internationale sur laquelle même les peuples les plus minoritaires pouvaient accéder pour faire entendre leur voix et leurs revendications, apparaît, en fait, plus ambigu. David Thomas (1996 : 331) parle, par exemple, de « technocide », en se référant à la colonisation de l’espace virtuel par des modèles de représentation et de communication occidentaux. Ce sont les pays du Nord qui imposent un modèle de croissance technologique, à travers les entreprises qui produisent les structures, les programmes et les contenus des moyens électroniques de communication et d’information. Dans l’architecture du cyberespace, ce sont les commanditaires, les exploitants et les ingénieurs informatiques qui créent les contextes de pensée, de perception, d’action et de communication qui structurent les rapports sociaux et forgent les identités culturelles. À l’intérieur de ce processus, nous assistons aujourd’hui à une sorte d’« invasion » de communication à l’occidentale.

  • 4  www.digitaldividenetwork.org.
  • 5  Le Monde diplomatique, 2001.

12Cette inégalité en termes de savoir et d’instruments se traduit par ce que l’on appelle le digital divide ou fracture numérique : celle-ci indique un déséquilibre croissant entre les pays et, à l’intérieur des pays eux-mêmes, un déséquilibre dans l’accès aux infrastructures électroniques. Certaines données peuvent aider à mieux comprendre les dimensions de ce phénomène. Alors qu’en Grande-Bretagne on compte un ordinateur pour quatre habitants, au Malawi le rapport est d’un ordinateur pour 10 000 habitants. Seize pour cent de la population mondiale possède 90 % des connexions internet, et les chiffres concernant les proportions d’utilisateurs internet dans le monde sont tout aussi révélateurs : 1 % des utilisateurs sont en Afrique et au Moyen-Orient contre 57 % aux États-Unis et au Canada 4. En Afrique, les usagers plus ou moins réguliers d’internet n’étaient, en juin 2001, que 4 millions sur 800 millions d’habitants 5.

  • 6  Voir à ce propos le regard ethnologique sur les cultures de l’Océanie, se trouvant à l’intérieur d (...)
  • 7  Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la coopération scientifique établie entre les Universit (...)

13Cette réalité impose donc de nouveaux défis aux musées africains. La plupart des sites internet de ces musées sont l’œuvre d’agences de coopération, d’experts informatiques ou d’institutions de recherche occidentaux (Komen 1997) qui, par la gestion de l’écriture numérique, proposent des modèles occidentaux de représentation de la culture, comme ceux concernant les disciplines universitaires de l’histoire de l’art ou de l’ethnologie. L’un des stéréotypes relatifs à la globalisation soutient que l’importance des processus économiques et politiques à l’échelle mondiale décrète la fin de la dimension locale de la culture et du développement à partir des petites réalités et des groupes sociaux minoritaires. Les musées africains en ligne peuvent cependant se rattacher aux mouvements de résistance culturelle. Contre la diffusion médiatique des valeurs occidentales, ils peuvent créer des dispositifs de communication pour restituer la diversité culturelle à travers, par exemple, la diffusion d’un capital de données auprès d’un nombre d’utilisateurs bien supérieur à celui des visiteurs d’un musée réel (wamp-fes 1997). Les potentialités d’internet dans le secteur du patrimoine sont bien évidentes pour les populations minoritaires qui, dans le monde entier, animent, par les sites web, leurs propres langues et traditions et qui font connaître au public leurs revendications politiques. Les multimédias sont donc un instrument d’analyse employé par les anthropologues pour exposer leurs connaissances sur une culture 6, mais ils sont aussi élaborés par les « autres » sur eux-mêmes, comme les sites de plus en plus nombreux des aborigènes d’Australie ou des Indiens d’Amérique du Nord. Ce croisement de regards pose la question du poids du contrôle économique — pas seulement épistémologique — de la méthode d’analyse ou de la représentation des cultures 7.

14L’impossibilité pour la multitude des pays non occidentaux d’accéder au réseau rend en effet, au moins en partie, inefficaces les potentialités des musées africains en ligne. Sous cet angle, internet semble presque présenter la limite attribuée au musée par Pierre Bourdieu (1969 : 166), lorsqu’il écrivait : « Le musée ouvre à tous, comme “Patrimoine public”, les monuments de la splendeur passée, instruments de la glorification des grands ancêtres : générosité fictive, car l’accès libre est uniquement facultatif, c’est-à-dire réservé à ceux qui, pouvant s’approprier les œuvres, ont le privilège d’utiliser cette liberté — et qui se trouvent par là légitimés dans leur privilège, c’est-à-dire dans la propriété des moyens de s’approprier les biens culturels ou, pour parler comme Max Weber, dans le monopole du contrôle des biens culturels [...]. »

Représenter la culture dans les musées virtuels

15Par rapport à ce que nous venons de découvrir, l’accès à la connaissance du patrimoine culturel africain est confronté donc aux limites imposées par la fracture numérique. Cela divise le public entre ceux qui peuvent, en Afrique et ailleurs, utiliser internet et visiter les sites des musées africains, et ceux qui n’ont pas les moyens de le faire. La perception du patrimoine africain est aussi conditionnée par le contexte culturel et les conditions de vie du public qui peut accéder au réseau, qu’il soit situé sur le continent africain ou éparpillé partout dans le monde. La culture est en plus représentée dans l’espace virtuel de façon particulière, par rapport aux scénarios des musées réels, par des modalités qui conditionnent aussi la connaissance du patrimoine par le visiteur. Voyons alors quelques exemples de représentation de la culture et de transformation de l’espace muséal dans les sites virtuels des musées.

16Le scénario multimédia a sa propre structure qui obéit à la spécificité de la visite virtuelle. En particulier on peut définir, selon Marine Ollson (1997), quatre modèles de visite virtuelle : la visite par imitation, par immersion, par substitution et par analogie.

17Partons de la visite par substitution, qui se situe à l’extrémité opposée de la visite par imitation. Lorsqu’il est difficile de sauver un patrimoine culturel en voie de disparition ou qu’on ne peut exposer les objets dans un espace physique approprié, on peut alors avoir recours à une construction virtuelle de l’espace-musée, en créant précisément un nouveau musée. La combinaison de l’image, du texte et du son est alors particulièrement efficace pour représenter certains aspects d’une culture, telle la structure sociale ou les technologies de construction des habitations, des objets de culte ou d’ornement (comme les tissus). L’aspect sans doute le plus intéressant est la possibilité de faire intervenir aussi, dans le musée virtuel, la voix et le visage des acteurs sociaux, en révélant ainsi le rôle d’auteurs de leur propre culture.

18Une autre possibilité d’accéder aux atmosphères et aux sons d’un lieu est celle donnée par l’immersion dans le paysage naturel ou dans la maison et l’atelier d’un artiste. Le son et l’image sont, dans ce cas, le guide privilégié par rapport à l’écriture, pour pénétrer dans les couleurs d’un paysage ou dans les tableaux d’un peintre. Lorsque la visite a lieu a l’intérieur d’une exposition plus riche que celle pouvant être visitée dans le musée réel, nous sommes alors en présence d’une représentation par analogie constituée d’un surplus d’informations. Dans ce cas, le recours aux matériaux d’archives — composés de textes écrits, de films et de photographies — pour compléter ce qui ne pouvait entrer dans l’exposition est fréquent. Il s’agit là d’un produit fort complexe, d’un texte disponible à plusieurs niveaux de lecture, comme, par exemple, le cédérom sur le Musée national du Mali.

19La visite virtuelle qui se rapproche le plus de la visite réelle est celle par imitation. Le musée virtuel peut alors reprendre l’aspect et le circuit de visite du musée réel auquel il se réfère. La voix ou le texte écrit, qui accompagnent la visite des salles et la vue de certains tableaux, masques ou objets, ont l’effet de faire sentir le visiteur in situ, comme s’il se promenait en suivant le guide du musée. La visite peut simuler aussi le passage d’une salle à l’autre et la faculté de s’approcher de l’objet ou de l’habitation, par l’agrandissement de la photographie qui les reproduit, comme dans le site internet du musée de Manéga, au Burkina Faso.

  • 8  www.epa-prema.net/abomey/

20Le site du Musée historique d’Abomey obéit à un autre modèle encore : c’est une sorte de catalogue du musée en ligne, qui a choisi de reproduire la représentation de l’histoire du territoire telle qu’elle est dans l’exposition du musée réel, comme succession des rois de la dynastie qui a régné à Abomey. Le musée virtuel est composé de trois sections principales : l’histoire, l’architecture et les rois 8. Les collections du Musée d’Abomey comprennent 1 050 objets, pour la plupart symboles des rois qui se sont succédé à la tête du Dahomey : armes, trônes, épées, sceptres, bijoux et assin (autels funèbres en métal). La plupart des objets exposés à Abomey sont, en effet, un prêt des familles royales, pour qu’ils soient conservés et visibles dans l’imposant scénario constitué dans la réalité par de vastes cours au milieu des palais royaux en terre rouge. Des sculptures aux animaux gravés et des étoffes aux motifs appliqués rappellent sentences et emblèmes royaux. Cependant, tout comme dans le musée royal, dans le site internet ces objets — ainsi que les instruments de musique ou les photographies des bas-reliefs — sont exposés comme pièces de musée dans de froides vitrines.

21Cependant, aujourd’hui nous constatons une utilisation différente : les familles royales animent dans la réalité le site du musée au cours des cérémonies. Des chants et des danses, absents du site internet, accompagnent l’utilisation d’instruments de musique, de sceptres et de tissus qui, dans ces occasions, redeviennent « vivants » dans les cérémonies. La possession du kataklè, siège en bois à trois pieds, ou des afokpa, sandales, légitiment encore de nos jours le nouvel élu, tout comme l’avotita, vêtement tissé et décoré par motifs appliqués, l’awè, le parasol, et le sceptre qui accompagnent toujours l’apparition du souverain en public. Le musée virtuel n’évoque malheureusement que l’histoire officielle du royaume du Dahomey, et ne documente pas, par des images en mouvement, la vie cérémonielle ou quotidienne. De plus, la reproduction d’abondants textes écrits comporte un éloignement des significations dynamiques et conflictuelles attribuées par les populations locales au site historique. Les palais-musées royaux constituent, par exemple, un terrain de contraste politique depuis 1998, et certains objets royaux ont été volés en 2001, en tant que symboles de la prétention au trône, contestée par l’un des princes descendant des anciens rois d’Abomey.

22Par conséquent le musée virtuel, de même que « tout espace a son propre système de valeurs ou de mesures. Un certain objet, qui aura un “poids” déterminé, considérable dans un espace déterminé, apparaîtra léger et marginal dans un autre espace » (Lévy 1996 : 148).

  

23En terminant cet excursus dans le monde des musées africains virtuels, il nous reste à signaler qu’il serait fort intéressant de voir si l’interactivité par internet développera ou non une nouvelle forme d’accès du public aux contenus muséaux. Il faudra attendre de nouvelles données pour cette analyse. Les forums qui, pour le moment, n’ont pas été introduits dans les sites des musées africains nous les procureront peut-être un jour. Cependant, en Afrique, le rêve de la démocratisation du savoir a des limites liées à l’usage des tic, mais surtout à de fortes contraintes sociales réelles, comme la fracture numérique. Encore une fois, internet ne peut pas être isolé de la réalité locale et le musée ne peut donc être séparé des problématiques de la connaissance et du pouvoir (Hooper-Greenhill 2000 : 38).

24Il apparaît, en effet, que loin de vaincre les barrières, la culture internet renforce au contraire les différences sociales. On a vu la disparité d’accès au réseau du public local et international, à laquelle s’ajoute l’insistance sur des thèmes liés à la modernité occidentale. À travers le recours abondant à des images ainsi qu’à des textes et à des effets tels que la compression de nouvelles en fragments audio-vidéo, la communication multimédia est absorbée de façon immédiate et elle est rapprochée de ce qui est considéré comme quelque chose de fascinant, de cosmopolite, de nouveau (Appadurai 2001 : 16). Internet représente, dans ce sens, une valeur en tant que bien de consommation rare. Ainsi, à côté de ce rêve de l’accès à la mondialisation, de la communication instantanée et de la duplication des images numériques (Hall 1999 : 40), il existe cependant un autre rêve, celui de la patrie inventée, imaginée par les individus expatriés. Les Africains à l’étranger qui visitent les sites virtuels des musées témoignent d’un besoin de contact avec leur pays d’origine. L’identité de la patrie cependant peut être rêvée et parfois pensée de façon si rigide qu’elle fournit du matériel pour de nouveaux conflits ethniques, ainsi que la base pour l’affiliation à des communautés virtuelles dans des contextes complexes tels que les diasporas (Appadurai 2001 : 72 ). En ce sens, les musées africains ont de lourdes responsabilités face à ces phénomènes récents d’exaltation des différences ethniques sur internet (Xavier & Aymar 2002), qui risquent de rapprocher le public local du public mondial, au-delà de divers statuts qui marquent leurs différences. L’emploi des nouvelles technologies par les musées africains pose donc de sérieuses questions par rapport à la représentation des diversités culturelles (De Bernard 2003). Il s’agit de s’éloigner de l’image d’un continent fragmenté en ethnies, localisées dans des territoires définis et ancrées à des racines plongées dans un passé nostalgique qui cache la réalité des contacts, des échanges, les transformations profondes des populations africaines dans l’histoire et leurs conflits du présent. Ce qui empêcherait les visiteurs des musées de connaître la façon dont est aujourd’hui perçue et élaborée la mémoire par les Africains eux-mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A.
2001  [1996] Modernità in polvere, Roma, Meltemi.

Avaro, A. A. & Godonou, A.
2001   « The Revitalization of the Abomey History Museum and the Web », Museum, 211 (53) 3 : 53-57.

Bertuglia, C. S., Bertuglia, F. & Magnaghi, A.
1999   Il museo tra il reale e il virtuale, Roma, Editori Riuniti.

Bourdieu, P.
1969   L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Éditions de Minuit (trad. it., L’amore dell’arte. I musei d’arte europei e il loro pubblico, Rimini, Guaraldi, 1972).

Cafuri, R. & Bellagamba, A. (dir.)
2001   Musei dell’Africa contemporanea : patrimoni culturali, politica e memoria collettiva, « Etnosistemi », Roma, CISU.

Clifford, J.
1999   Strade, Torino, Bollati Boringhieri (edit. orig. Routes, Cambridge-London, Harvard University Press, 1997).

De Bernard
2003   « Paradoxes des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et de la diversité culturelle », in UNESCO, Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle. Commentaires et propositions, Paris, UNESCO : 45-50.

Fabietti, U.
2000   « Il traffico delle culture », in U. Fabietti, R. Malighetti & V. Matera (dir.), Dal tribale al globale, Milano, Bruno Mondadori : 165-232.

Fahy, A.
2000   « Musei d’arte e tecnologie dell’informazione e della comunicazione », in S. Bodo (dir.), Il museo relazionale. Riflessioni ed esperienze europee, Torino, Fondazione Agnelli : 81-100.

Hall, M.
1999   « Virtual Colonization », Journal of Material Culture, 4 (1) : 39-55.

Hooper-Greenhill, E.
2000   « L’evoluzione dei modelli comunicativi nei musei d’arte », in S. Bodo (dir.), op. cit. : 1-39.

Komen, J.-M.
1997   « Le projet Internet samp », Programme de musées afro-suédois, samp-icom, 8 : 21-23.

Leopardi, C., Morelli, M. & Santi, F. (dir.)
1997   Album. I luoghi dove si accumulano i segni (dal manoscritto alle reti informatiche), Atti del Convegno Fondazione Ezio Franceschini e IBM Italia, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medievo.

Lévy, P.
1996   L’intelligenza collettiva. Per un’antropologia del cyberspazio, Milano, Feltrinelli (edit. orig. L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Paris, La Découverte, 1994).

Lowderbaugh, T.
2000   « Smithsonian on line », in A. Faye & W. Sudbury (eds.), Information : The Hidden Resource, Cambridge, MDA Cambridge.

Maldonado, T.
1997   Critica della ragione informatica, Milano, Feltrinelli.

Mattei, M. G.
1998   Tecnologie Human Oriented, Il sole-24ore, 15 novembre : 48.

Ogbu, J. U.
1995   « The Influence of Culture in Learning and Behavior », in J. Falk & L. D. Dierking (eds.), Public Institution for Personal Learning Establishing a Research Agenda, Washington, American Association Museum : 79-96.

Ollson, M.
1997   « Nouvelles technologies », Museum, 194, 49 (2) : 61-62.

Rheingold, H.
1994   Comunità virtuali, Milano, Sperling & Kupfer (edit. orig. The Virtual Community : Homesteading on the Electronic Frontier, New York, Addison-Wesley, 1993).

Sassen, S.
2000   « Spatialities and Temporalities of the Global : Elements for a Theorization », Public Culture, 12 (1) : 215-232.

Thomas, D.
1996   « Virtual Reality and the Politics of Place », History and Anthropology, 9 (2-3) : 327-357.

Vidal, G.
1999   « L’interactivité et les sites Web de musée », Publics & Musées : 89-108.

Vol, A.
1999   « Tisser des trames de pertinence entre musées, nouvelles technologies et publics », Publics & Musées : 67-88.

WAMP-FES
1997   Les musées et les médias, Rapport final du séminaire-atelier national, Dakar, 23-25 juillet.

Xavier, F. & Aymar, F.
2002   « Naissance d’une nation noire. Multimédia, mondialisation et nouvelles solidarités », L’Homme, 161 : 75-90.

Pages web des musées en Afrique

Algérie
Algerian Museums
www.arab.net/algeria/tour/aa_museums.html

Bénin
Musée historique d’Abomey
www.chin.gc.ca/Exhibitions/Francophonie/An-/MHA/Muse.htm
www.epa-prema.net/abomey

Burkina Faso
Le masque au Burkina Faso
www.unesco.org/webworld/avicomfaimp/masque2/mw3/fr/fs.html
Manéga-Musée de la Bendrologie
www.musee-manega.bf/index.htm

Côte-d’Ivoire
Musée des Civilisations, Abidjan
www.chin.gc.ca/Exhibitions/Francophonie/An-/MCC/Muse.htm

Égypte
Egyptian Museums
www.arab.net/egypt/tour/egypt_tour.html#museums

Kenya
National Museums
www.museums.or.ke

Madagascar
Institut de Civilisations-Musée d’art et d’archéologie de l’Université d’Antananarivo
www.natmus.cul.na/samp/MUSEDAR/MAA.htm

Maroc
Museums of Morocco
www.maroc.net/culture/museums

Namibie
National Museum, Windhoek
www.natmus.cul.na/newindex.html

Niger
Musée national, Niamey
www.txdirect.net/users/jmayer/hotuna/musee.htm

République centrafricaine
Musée Boganda, Bangui
www.sangonet.com/5Ccultures.html

Rwanda-Burundi
La documentation au Rwanda
www.cidoc.icom.org/artf04.htm

Sénégal
Île de Gorée
www.senegal-online.com/senega20.htm
Musée de la Femme Henriette Bathily, Gorée
www.chin.gc.ca/Exhibitions/Francophonie/An-MFHBS/Muse.htm

Afrique du Sud
Museums Online
www.museums.org.za/
South African Museums
Sunsite.wits.ac.za/mus/sa.htm
South African Museum, Cape Town
www.museums.org.za/saindex.htm
Maybuye Centre, Bellville (Western Cap)
www.museums.org.za/maybuye/index.html
District Six Museum Foundation, Cape Town
www.natmus.cul.na/samp/swaziland/museum.htm

Swaziland
Swaziland National Museum, Lobamba
www.natmus.cul.na/samp/swaziland/Museum.htm

Tanzanie
Sukuma Museum, Mwanza
www.photo.net/sukuma

Togo
Musée régional des Savanes, Dapaong
www.uni-bayreuth.de/departements/ethnologie/Dapao99.html
Le Musée national, Lomé
www.multimania.com/juliennoel/toho/eleves/musee.htm

Tunisie
Dar Cheraït, Tozeur
www.darcherait.com.tn

Zambie
Nayuma Museum
www.natmus.cul.na/samp/nayuma/nayuma.html

Accords francophones
Traditions et instruments de musique dans les musées de Tunisie, du Maroc, du Mali, du Burkina Faso, du Bénin et de Madagascar
www.susan.chin.gc.ca/Exhibitions/Instruments/Francais/accueil_fr.html

gcam
Nairobi Declaration on Children in African Museums
www.maltwood.uvic.ca/cam/Bulletin-4-Nairobi.htm

Africom
Projet suédois pour les musées africains
www.cidoc.icom.org/art03.htm

avicom
Comité international des musées pour les audiovisuels et les nouvelles technologies de l’image et du son
www.unesco.org/webworld/avicomfaimp

Haut de page

Notes

1  www·epa-prema.net\abomey\guestbook\suite.htm, 23 mai 2000.

2  Pour une liste des sites web des musées africains en ligne, voir l’annexe.

3  Les actes du Premier sommet européen sur l’e-learning, c’est-à-dire sur l’apprentissage dans des ambiances virtuelles, qui ont eu lieu à Bruxelles les 10 et 11 mai 2001, peuvent être consultés sur le site www.ibmweblectureservices.com/eu/elarningsummit.

4  www.digitaldividenetwork.org.

5  Le Monde diplomatique, 2001.

6  Voir à ce propos le regard ethnologique sur les cultures de l’Océanie, se trouvant à l’intérieur du site du musée de la Civilisation du Québec (www.mcq.ca).

7  Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la coopération scientifique établie entre les Universités de Vercelli (Italie), d’Abomey-Calavi (Bénin) et l’École du patrimoine africain (Bénin), financée par le ministère italien des Affaires étrangères. Des recherches et des publications communes ont été menées sur les patrimoines culturels en Afrique occidentale (Cafuri & Bellagamba 2001), qui sont le premier résultat de la confrontation sur ces thèmes entre muséologues africains et ethnologues italiens et étrangers. Le Projet de coopération au Bénin et en Afrique occidentale a été inscrit, depuis l’année 2000, dans la liste des projets FORUM UNESCO, suivi en 2001 d’un deuxième projet sur la didactique des différences culturelles dans les musées (universités de Turin (Italie), d’Abomey-Calavi (Bénin), de Laval au Québec (Canada), de l’École du Patrimoine africain (Bénin)). La recherche a amorcé une confrontation sur l’organisation et l’archivage électronique des patrimoines dans les petits et moyens musées, sur la signification liée aux objets, habitats et paysages muséalisés, donnée par les sociétés jusqu’à présent. L’École du patrimoine africain développe, de son côté, un projet concernant l’accès des élèves africains aux ressources des musées et des institutions du patrimoine de l’Afrique sub-saharienne ; cela se traduit par des cours universitaires pour la formation d’enseignants et de guides et la réalisation d’outils pédagogiques. On conduit donc, dans les trois différents contextes, une recherche sur les méthodes et la formation des enseignants et des guides sur le thème de la didactique muséale. Le défi relevé est celui de ne pas cacher les conflits et la stratification sociale, les changements passés et présents sur le territoire auquel le musée fait référence, dans des contextes marqués par des phénomènes identitaires complexes.

8  www.epa-prema.net/abomey/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberta Cafuri, « Les musées africains en ligne », Cahiers d’études africaines [En ligne], 176 | 2004, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/4856

Haut de page

Auteur

Roberta Cafuri

Département d’anthropologie culturelle, archéologie et géographie, Université de Turin.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page