Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Crush, Jonathan & McDonald, David A. (eds.). — Transnationalism and New African Immigration to South Africa

Toronto-Kingston, Southern African Migration Project (SAMP) & Canadian Association of African Studies (CAAS), 2002, 184 p.
Laurence Creusat
p. 949-950

Texte intégral

1Depuis les années 1990 et avec la fin officielle de l’apartheid, l’Afrique du Sud est devenue une nouvelle destination possible pour les migrants transnationaux, les immigrés, et les réfugiés en provenance du reste de l’Afrique. Cet ouvrage se veut être une étude qualitative sur ces nouveaux schémas migratoires, ainsi qu’une analyse de la pertinence des concepts utilisés jusqu’à ce jour pour étudier des mouvements similaires dans les pays voisins. Les auteurs insistent sur le caractère nouveau qu’est l’installation définitive des nouvelles populations migrantes.

2Le terme de trans-nationalisme, utilisé dès le titre, est un concept apparu récemment dans les études sur les phénomènes migratoires sud-africains. Il est défini en fonction de cinq critères :

— l’intensité de l’échange entre le pays d’accueil et le pays d’origine ;
— le lien entre les activités transnationales et l’internationalisation de la production capitaliste ;
— le trans-nationalisme sert à expliquer les nouvelles identités de migrants ;
— le processus de migration devient progressivement indépendant du facteur déclenchant ;
— le trans-nationalisme induit des stratégies d’adaptation et de communication lesquelles génèrent à leur tour des formes de résistance contre l’exploitation et la discrimination à l’encontre des migrants.

3Au-delà de l’explication théorique de ces cinq critères, l’intérêt majeur de cet ouvrage réside dans les cas concrets de trans-nationalisme qui sont présentés.

4Dans un travail sur les relations entre différents migrants africains, les populations du pays d’accueil et les entrepreneurs (immigrés non sud-africains), S. Peberdy et C. Rogerson analysent l’existence d’importants réseaux, formels et informels, de commerce et d’entreprise en lien avec les populations étrangères.

5S. C. Lubkemann travaille sur des migrants en provenance de la région de Machaze au Mozambique, et sur le lien qui existe entre les migrants de cette région et les townships du Vaal où cette population forme petit à petit une communauté stable et durable. Il est intéressant de noter dans le cas présent une modification des stratégies matrimoniales et la manière dont la polygynie est devenue une stratégie pour gérer l’instabilité politique aux frontières ainsi que l’insécurité économique.

6T. Ulicki et J. Crush se penchent quant à eux sur un aspect des mouvements migratoires, souvent laissé de côté, qui est celui de la migration féminine des États voisins vers la République sud-africaine. Pour illustrer cet aspect spécifique ils prennent l’exemple des femmes en provenance du Lesotho qui travaillent dans les fermes sud-africaines.

7M. Reitzes et S. Bam nous présentent la synthèse d’un travail de recherche sur « Citoyenneté, immigration et identité dans la région du Winterveld ». Les auteurs soulignent le fait qu’en 1994, avec la fin de l’apartheid, les frontières d’inclusion et d’exclusion furent redessinées ; avant 1994, les Sud-africains noirs et les immigrés africains avaient tous un statut et une identité d’étranger. Ce travail constate aujourd’hui les répercussions négatives voire dramatiques sur les populations migrantes de cette redéfinition identitaire, et les stratégies de survie qui en découlent.

8D. A. McDonald prend l’exemple d’un bidonville, Marconi Beam, près de Cape Town où l’on assiste à une interaction importante et exempte de xénophobie — donc peu commune en République sud-africaine — entre citoyens sud-africains et migrants. À l’inverse, l’article de B. Dodson et C. Oelofse sur Mizamoyethu, un bidonville de la région du Cap, étudie l’existence de fortes tensions, voire de relations violentes entre locaux et étrangers.

9Le travail de B. Maharaj et V. Moodley analyse la nouvelle vague d’immigration africaine sur la ville de Durban et ses conséquences pour les populations sud-africaines.

10Ces différents travaux sur l’immigration en République sud-africaine donnent plusieurs clés de lecture pour une question politique, économique et sociale extrêmement complexe. Les recherches présentées ont le mérite de se fonder sur le point de vue des migrants. On ne peut que recommander ce livre d’actualité, clair et bien documenté, tant sur le plan des études qu’au niveau bibliographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Creusat, « Crush, Jonathan & McDonald, David A. (eds.). — Transnationalism and New African Immigration to South Africa », Cahiers d’études africaines [En ligne], 176 | 2004, mis en ligne le 17 avril 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/4872

Haut de page

Auteur

Laurence Creusat

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page