Navigation – Plan du site
études et essais

Pour une généalogie de l'africanisme portugais

Elisabetta Maino

Résumés

L'article retrace le processus d'élaboration des savoirs sur l'Afrique, dans le domaine des sciences sociales, en le resituant dans les contextes socio-politiques qui ont influencé l'espace de production portugais. Il distingue trois périodes qui sont autant de ruptures : découverte, institutionnalisation, émancipation, et en décrit les spécificités et les orientations principales s'appuyant sur des exemples paradigmatiques. Il s'interroge sur les conditions de production, ainsi que sur le statut des écrits et des producteurs de savoir. Il avance l'hypothèse selon laquelle la forclusion et l'autarcie du dispositif institutionnel de rationalisation du savoir fut, pendant la période coloniale, une conséquence des transformations politiques et non pas une caractéristique intrinsèque du modèle scientifique portugais. Il ouvre le débat sur quelques points de continuité qui semblent jalonner la production contemporaine, notamment celles des marges floues de l'espace de recherche. Enfin, il se propose de contribuer à la réflexion sur les implications politiques et institutionnelles du processus de production de la connaissance dans un champ scientifique déterminé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabetta Maino, « Pour une généalogie de l'africanisme portugais », Cahiers d’études africaines [En ligne], 177 | 2005, mis en ligne le 11 avril 2005, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/4933

Haut de page

Auteur

Elisabetta Maino

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page