Navigation – Plan du site
Des abolitions à l'idéologie de l'humanitaire

Les « enfants bouviers » du sud du Tchad, nouveaux esclaves ou apprentis éleveurs ?

Claude Arditi
p. 713-729

Résumés

Au Tchad, depuis les années 1990, des enfants autochtones sara appelés « enfants bouviers » sont engagés comme bergers par des éleveurs arabes. Cette pratique est interprétée par les médias locaux, des ONG et l’UNICEF comme une forme contemporaine d’esclavage, pratiquée par des musulmans du Nord au détriment des chrétiens du Sud. Le phénomène « enfants-bouviers » intervient dans le contexte d’un antagonisme nord-sud exacerbé par des violences récurrentes entre « communautés ». La défense des enfants bouviers constitue un aspect très fortement médiatisé, car il concerne des enfants, d’une offensive beaucoup plus vaste menée par des hommes politiques, des hommes d’Église, etc., « sudistes » dont l’objectif est de mettre fin à la présence croissante des musulmans dans le sud du pays et d’y créer un État séparé. En réalité, loin de caractériser une situation d’esclavage, les données disponibles indiquent au contraire que les enfants bouviers sont les apprentis rémunérés des éleveurs arabes et qu’ils jouent de ce fait un rôle important dans l’atténuation des conflits entre agriculteurs sara et éleveurs arabes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Arditi, « Les « enfants bouviers » du sud du Tchad, nouveaux esclaves ou apprentis éleveurs ? », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 20 décembre 2005, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5626

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page