Navigation – Plan du site
Entre servitude et liberté : un presque rien

L’esclavage chez les Touaregs de Bankilaré au miroir des migrations circulaires

Florence Boyer
p. 771-203

Résumés

Dans la société touarègue de Bankilaré (Niger), les pratiques esclavagistes perdurent ; si leurs manifestations sont dépendantes des contextes politiques locaux, le statut d’esclave, qui se fonde sur la négation de la personne humaine, assigne cette catégorie à un groupe endogame, aux droits et devoirs originaux, sans leur refuser l’identité touarègue. Les migrations circulaires, massives et anciennes, qui concernent uniquement les hommes esclaves de 18 à 35 ans, apparaissent comme paradoxales face à la pérennité de l’esclavage. Synonyme d’individuation, l’expérience urbaine permet une conscientisation et une réflexivité sur le statut d’esclave. De retour, les migrants développent des stratégies d’évitement, de contournement de la hiérarchie, forme de désobéissance passive, qui est processus de libération balbutiant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Boyer, « L’esclavage chez les Touaregs de Bankilaré au miroir des migrations circulaires », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 20 décembre 2005, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5650

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page