Navigation – Plan du site
Entre servitude et liberté : un presque rien

Paroles d’esclaves au Nord-Cameroun

Issa Saïbou
p. 853-878

Résumés

L’esclavage est une pratique ancienne dans la partie septentrionale du Cameroun. Consubstantiel à l’apparat et aux modes de production économique des États précoloniaux, le phénomène connaît des permanences et des mutations. Jusqu’à la colonisation européenne, les razzias permettaient aux détenteurs du pouvoir de collecter du bétail humain pour la vente, les travaux champêtres, les harems ou les travaux domestiques. Si le colonisateur abolit la traite humaine, il s’accommoda cependant d’une forme édulcorée d’esclavage royal, sans pour autant améliorer le statut social de l’esclave dans les zones rurales. Le stigmate servile y persiste, les liens de dépendance et d’exploitation y perdurent et suscitent des drames individuels et familiaux. Cependant, l’instruction, l’enrichissement et l’ouverture démocratique sont des facteurs de changement ; en dépit de l’illégitimité et de l’illégalité de leur condition, les esclaves apprennent à s’adapter au stigmate servile qu’ils traînent tandis que les maîtres ont profil bas et offrent ou accèdent bien volontiers aux demandes d’affranchissement. L’article comporte des témoignages de personnes d’ascendance servile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issa Saïbou, « Paroles d’esclaves au Nord-Cameroun », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 20 décembre 2005, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5675

Haut de page

Auteur

Issa Saïbou

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page