Navigation – Plan du site
La sujétion au cœur de la globalisation

Travailler pour rien

L’apprentissage en Côte d’Ivoire urbaine (Abidjan, Toumodi)
Fabio Viti
p. 1037-1067

Résumés

L’apprentissage des métiers artisanaux du secteur informel urbain connaît une dégradation certaine par rapport à l’artisanat dit traditionnel, et s’apparente de plus en plus à un rapport d’exploitation pur et simple du travail non rémunéré de jeunes apprentis déqualifiés. Un rapport de dépendance personnelle lie étroitement les apprentis à leur patron à qui ils doivent non seulement leur travail gratuit mais aussi la rémunération de la formation reçue. Ce lien de dépendance personnelle rend possible l’exploitation des apprentis qui peut s’accomplir de trois manières, différemment combinées entre elles : la totale gratuité de l’œuvre des jeunes ; la prolongation arbitraire de la durée de leur formation ; la pleine disponibilité des apprentis à accomplir toute tâche demandée par le patron, même en dehors du lieu de formation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Viti, « Travailler pour rien », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 21 décembre 2005, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5738

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page