Navigation – Plan du site
La sujétion au cœur de la globalisation

Formes de travail non libre

« Accumulation primitive : préhistoire ou histoire continuée du capitalisme ? »
Yann Moulier Boutang
p. 1069-1092

Résumés

L’esclavage au sens strict du terme n’apparaît plus que de façon résiduelle dans le monde, mais le travail forcé, lui, est toujours florissant. Ses différentes formes sont passées en revue ; la portée et les limites de sa définition par l’Organisation internationale du travail sont discutées. La seconde partie de l’article, s’appuyant sur l’exemple historique de l’esclavage moderne, réexamine la théorie de l’accumulation primitive de Marx. Pour mieux repérer les formes actuelles de travail non libre, on propose de distinguer quatre dimensions de la prolétarisation qui ne vont pas toujours ensemble : 1. la séparation d’avec les moyens de production ; 2. la séparation du produit d’avec le marché ; 3. la séparation de la force de travail d’avec la personne ; 4. la liberté du porteur de la force de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Moulier Boutang, « Formes de travail non libre », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 21 décembre 2005, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5744

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page