Navigation – Plan du site
La sujétion au cœur de la globalisation

« Traite » de femmes migrantes, domesticité et prostitution

À propos de migrations interne et externe
Nasima Moujoud et Dolorès Pourette
p. 1093-1121

Résumés

Des cas d'« esclavage moderne » sont dénoncés dans les secteurs de la domesticité et de la prostitution, secteurs où sont majoritairement orientées les femmes non qualifiées originaires de pays défavorisés. Des données ethnographiques recueillies au Maroc, auprès de domestiques ayant fait l’objet d’un « trafic » entre leur village et la ville, et en France, auprès de migrantes originaires de différents pays, montrent que les formes contemporaines de « traite » des femmes s’enracinent dans des structures de domination anciennes liées aux rapports sociaux de classe, de genre et d’origine. Les récits de migrantes soulignent que leur implication dans des « trafics » résulte le plus souvent de « stratégies » migratoires, niées dans les discours publics et politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nasima Moujoud et Dolorès Pourette, « « Traite » de femmes migrantes, domesticité et prostitution », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 21 décembre 2005, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5752

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page