Navigation – Plan du site
études et essais

« Transmigrants » mais pas « nomades »

Transnationalisme mouride en Italie
Bruno Riccio
p. 95-114

Résumés

Pour rendre compte de ce qui semble être une nouvelle manière de vivre les expériences de migration, certains auteurs ont forgé de nouveaux concepts comme celui de « transnationalisme ». Ce terme est employé pour décrire les processus à travers lesquels les migrants créent des champs sociaux qui traversent les frontières géographiques et politiques. Les migrants wolof mourides en Italie constituent une bonne illustration de migration transnationale. Après une introduction au débat sur l’approche transnationale aux migrations, dans la première partie, on analyse les activités qui permettent aux migrants mourides d’organiser leur mobilité et leur séjour temporaire grâce à des réseaux sociaux et à la transnationalisation du religieux. Toutefois, une tendance générale dans la littérature sur le transnationalisme postule la nécessité pour ce genre d’organisations migratoires de produire automatiquement des identifications multiples aux divers contextes et un style de vie « nomade ». Au contraire, comme on le montre dans la partie finale, les migrants mourides ne semblent pas trop changer leurs repères existentiels. Une grande partie d’entre eux préserve et renforce un sens d’appartenance au terroir, ils sont tournés vers l’idée de retour et investissent toutes leurs ressources, affectives et matérielles, au Sénégal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Riccio, « « Transmigrants » mais pas « nomades » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 181 | 2006, mis en ligne le 13 avril 2006, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5829

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page