Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Si l’esclavage dans sa version d’antan a été aboli partout en tant que forme de travail autorisé par la loi, de même que le statut juridique d’esclave a disparu des législations en vigueur, ce numéro des Cahiers d’études africaines montre que ces usages sont loin d’avoir été complètement éliminés. Alors que la référence au droit de propriété (l’esclave comme bien meuble) est un thème commun à tous les débats sur la nature de l’esclavage et des « pratiques analogues à l’esclavage », on constate aujourd’hui que la notion de propriété renvoie largement à des configurations historiquement disparues (l’esclavage colonial aux Amériques) ou devenues rares (les sociétés sahéliennes africaines).

2Or, la référence datée au droit de propriété peut-elle occulter d’autres visages de l’esclavage – dont une part serait apparue en contournement des abolitions – liés au contrôle total auquel une personne est assujettie de la part d’un autre être humain (comme dans la « traite des femmes », l’« esclavage des enfants » ou la servitude pour dettes en remboursement du « droit de passage » par des migrants extra-communautaires) ? En réalité, quand telle pratique est rendue impossible, surgissent d’autres formes sournoises d’appropriation du travail. Dès lors l’invention de la notion d’« esclavage moderne » est-elle l’appropriation opportuniste d’une catégorie anachronique et reflète-t-elle l’incapacité de penser la perpétuation de la sujétion au cœur de la société globalisée sinon comme métaphore de l’inacceptable?

3Enfin, l’abolition de l’esclavage et ses suites, même lorsqu’il s’agit d’un événement assez lointain dans l’histoire, constitue bien toujours un enjeu contemporain. Ainsi, en France, l’histoire post-abolitionniste – occultation, mémoire sélective, racisme, inégalités culturelles, sociales et économiques – est masquée derrière un optimisme aveugle aux tensions qui existent depuis des siècles entre République et Colonies. Les enjeux actuels du débat public autour de la mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en soulignent la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Avant-propos », Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 13 avril 2006, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5915

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page