Navigation – Plan du site
études et essais

La politique des bars gikuyu de Nairobi

Hervé Maupeu et Mbûgua wa-Mûngai
p. 313-331

Résumés

Depuis la fin des années 1980, les bars gikuyu sont devenus des arènes politiques dans un contexte d’autoritarisme fragilisé. On y discute en particulier les principes et les fondements du nationalisme gikuyu qui refait surface à l’issue de la première décennie du régime du président Moi. Ainsi, la pensée politique gikuyu contemporaine s’énonce à travers différents genres artistiques représentés dans les bars. Nous étudierons en particulier les messages idéologiques délivrés par le théâtre populaire, la musique benga et les mûgithi (des chansonniers qui travestissent de vieilles chansons et leur donnent un sens grivois ou ironique). Mais les différentes théories politiques énoncées par les artistes ne se suffisent pas à elles-mêmes. Elles fonctionnent avant tout dans le débat qui les confronte. Ainsi, les bars apparaissent comme des agoras où les genres artistiques et donc les idées politiques dialoguent et où le public est constamment amené à participer à ces « conversations démocratiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Maupeu et Mbûgua wa-Mûngai, « La politique des bars gikuyu de Nairobi », Cahiers d’études africaines [En ligne], 182 | 2006, mis en ligne le 05 juillet 2006, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5936

Haut de page

Auteurs

Hervé Maupeu

Institut français de recherche en Afrique (IFRA), Nairobi.

Du même auteur

Mbûgua wa-Mûngai

Kenyatta University, Nairobi.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page