Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Vidal, Laurent, Fall, Abdou Salam & Gadou, Dakouri (dir.). – Les professionnels de santé en Afrique de l’Ouest. Entre savoirs et pratiques : paludisme, tuberculose et prévention au Sénégal et en Côte-d’Ivoire

Préface de Jean-Pierre Dozon. Paris, L’Harmattan (« Logiques sociales »), 2005, 328 p., bibl.
Yannick Jaffré
p. 207-208

Texte intégral

1Cet ouvrage prend place parmi les nouveaux travaux d’une anthropologie s’attachant à décrire la modernité sanitaire de différents pays d’Afrique subsaharienne et du Maghreb.

2Loin du paradigme exotique qui gouvernait les premiers textes consacrés au mal et à la maladie dans les pays du « Sud », ces textes composent, par touches géographiques et thématiques, les paysages complexes d’un présent fait de « projets » internationaux, de réformes, de financements, de dysfonctionnements, de douleurs… Bref, plus que s’intéresser à décrypter les discours de quelques guérisseurs ou à traquer d’hypothétiques invariants symboliques, ces travaux s’attachent à comprendre les modalités sociales et politiques de la délivrance d’un bien public spécifique.

3Pour cela, il faut, tout d’abord, savoir porter attention au cours ordinaire des choses, analyser le quotidien des interactions sanitaires au plus banal de leur déroulement, saisir l’habituel du pathologique. Préférer à quelques grandes entités « extra-ordinaires » – épilepsie, maladies mentales – toujours productrices d’interprétations complexes, les maux qui font le « gros » des demandes de soins. Il faut ensuite occuper une posture particulière. Se tenir dans l’entre-deux, à l’interface des offres et des demandes et comprendre ainsi les caractéristiques des relations s’établissant entre les populations et les services de santé. Enfin il est indispensable de resituer certaines pratiques locales dans de plus larges mouvements économiques et politiques.

4Le livre dirigé par Laurent Vidal, Abdou Salam Fall et Dakouri Gadou, correspond à ces préoccupations puisqu’il s’attache à décrire, en Côte-d’Ivoire et au Sénégal, les conduites des personnels de santé face aux priorités sanitaires que sont la tuberculose et le paludisme. La démarche est donc ici doublement comparative, « croisant » les contextes des politiques sanitaires des deux pays et les caractéristiques cliniques et sociales des pathologies.

5Les auteurs nous proposent quatre séries de réflexions, portant sur les politiques et les acteurs de la santé, le quotidien de la relation au patient, les caractéristiques du métier de soignant, et les modalités effectives de la prise en charge des malades tuberculeux et souffrant de fièvres.

6Une lecture historique et quelques informations de santé publique permettent de situer les enjeux présents dans les contextes sanitaires locaux. Un sérieux travail ethnographique et un solide matériau empirique permettent de « donner corps » aux dysfonctionnements des services. Ainsi, de nombreux exemples, tirés de dialogues entre « clients » et personnels de santé, soulignent comment une certaine violence symbolique liée à de complexes problèmes de traduction construit un ensemble d’incompréhensions cliniques préjudiciables aux malades.

7Les alentours de l’acte de soin sont évoqués par une étude de la prévention dans la presse. La formation « permanente » des personnels est analysée par une originale ethnographie des « séminaires ». Enfin un article sur la radiographie et son « pouvoir de vérité » – sa capacité illusoire de transformer l’histoire en nature – vient clore ce large travail de description.

8Du cœur clinique de l’acte médical jusqu’à la périphérie des formations, les situations sanitaires sénégalaises et ivoiriennes sont donc précisément présentées, et il est particulièrement intéressant de comprendre comment les pratiques de soins résultent d’assemblages complexes rassemblant les modes d’expression de la maladie (sa symptomatologie), l’histoire des prises en charge thérapeutiques et techniques, le positionnement professionnel des divers personnels de santé et les modalités sociales de la stigmatisation des patients. Cette posture, attentive à la façon dont la pratique sanitaire se construit en liant des éléments apparemment hétérogènes, permet aux auteurs de s’interroger sur les liens entre des savoirs techniques et profanes, d’analyser comment la pratique quotidienne vient déconstruire les compétences acquises à l’université, ou comment un examen inutile et coûteux se trouve paré d’un ensemble de vertus thérapeutiques.

9Mais si cette description est fermement documentée, le raisonnement anthropologique – comme empêtré dans des schémas de santé publique – nous semble, en revanche, parfois « tourner court ».

10Ainsi la réflexion sur les formations de personnels se clôt-elle sur une interrogation naïve – « la formation initiale telle qu’elle est dispensée répond-elle aux préoccupations des apprenants ? » (p. 169) –, alors qu’il s’agirait plutôt, d’un point de vue anthropologique, d’analyser cette importante « culture » des séminaires et des per diem, et de penser les caractéristiques de cette dispendieuse économie de la « formation » dans les pays en voie de développement.

11De même, le chapitre concernant l’analyse de la santé dans la presse évoque de nombreux problèmes de détails, mais n’aborde véritablement ni la question centrale des connivences entre la presse et les responsables sanitaires, ni les conditions de la mise en place d’un éventuel « contre pouvoir »…

12Il faut, dans ces deux domaines, se méfier de ne pas prendre l’ombre pour la proie. Le pouvoir d’initier ces multiples formations ou d’agir sur la presse est largement hétéronome aux programmes sanitaires considérés, et il serait ici indispensable d’ouvrir l’étude aux travaux portant sur la mondialisation de la santé qui seuls permettent de comprendre ce vaste mouvement de « déconnexion sanitaire » entre le « local » et le « global »1.

13Enfin on peut aussi s’interroger sur le positionnement de certains des auteurs de ce livre évoquant une « médecine africaine » précoloniale (p. 47), et ne pas être convaincu par l’importance accordée à la « routine » comme étant au cœur des dysfonctionnements observés. Une nouvelle fois, n’est-ce pas ici prendre l’effet comportemental observé pour sa cause sociopolitique ?

14Cet ouvrage, correspondant à un beau travail d’équipe, recueille un grand nombre de données utiles permettant de compléter les études en cours sur les systèmes de santé en Afrique de l’Ouest. Il ouvre aussi d’intéressantes perspectives sur les liens entre des savoirs techniques et populaires. Mais il reflète aussi les difficultés rencontrées pour articuler une recherche anthropologique avec une santé publique dont les préoccupations pour être souvent légitimes n’en sont pas pour autant théoriquement construites.

Haut de page

Notes

1 Gobatto, I. (dir.), Les pratiques de santé dans un monde globalisé : circulation de modèles et expériences locales dans les Afriques contemporaines, Paris, Karthala ; Pessac, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Jaffré, « Vidal, Laurent, Fall, Abdou Salam & Gadou, Dakouri (dir.). – Les professionnels de santé en Afrique de l’Ouest. Entre savoirs et pratiques : paludisme, tuberculose et prévention au Sénégal et en Côte-d’Ivoire », Cahiers d’études africaines [En ligne], 185 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/6861

Haut de page

Auteur

Yannick Jaffré

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page