Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Gayibor, Nicoué Lodjou. – Histoire des Togolais de 1884 à 1960

Lomé, Presses de l’Université de Lomé, 2006, 2 tomes, 629 et 754 p., 219 photos, 37 fig. et tabl., 58 cartes, bibl., index
Claude-Hélène Perrot
p. 417-419

Texte intégral

1La parution, en avril 2006, de cette œuvre imposante1, et à bien des égards exemplaire, mérite d’être saluée. Elle est l’aboutissement d’un grand projet, conçu par les historiens de l’Université de Lomé (anciennement Université du Bénin) : donner aux Togolais et à la communauté internationale, un ouvrage de référence sur l’histoire « nationale ». Il s’agissait en premier lieu de renouveler, en s’appuyant sur les avancées réalisées depuis près d’un demi-siècle (et notamment sur les travaux et enquêtes récentes de ses auteurs), le seul ouvrage existant : l’Histoire du Togo de Robert Cornevin (1962), auquel d’ailleurs hommage est rendu, non sans élégance.

2Le choix du titre n’est pas anodin ; les projecteurs ici ne sont pas braqués sur l’histoire du Togo en tant qu’État, sur la façon dont il s’est constitué et sur les politiques suivies par les colonisateurs (allemands, anglais et français2). Tout cela s’y trouve, certes, mais l’objectif majeur est de comprendre et de faire comprendre comment les habitants du territoire du Togo ont vécu les temps coloniaux. Dans plusieurs universités africaines, des tentatives similaires ont été, à un moment ou à un autre, à l’ordre du jour, mais elles sont restées jusqu’ici sans suite.

3Il a fallu près de vingt ans de travail aux vingt-huit contributeurs, historiens en majorité, mais aussi archéologues, linguistes, géographes, anthropologues, pour parvenir à leurs fins, et dépasser les divergences qui n’ont pas manqué de se manifester3. Les problèmes soulevés par l’écriture de l’histoire du xxe siècle en Afrique subsaharienne sont particulièrement épineux et les difficultés n’auraient pu que croître si, au-delà du temps de l’indépendance, avait été abordée l’histoire plus récente, dite « immédiate ». En outre, quelle place faire aux visions différentes du passé dans un ouvrage comme celui-ci ? Faut-il rogner ce qui dépasse, afin de produire un discours univoque ? Visiblement les auteurs ont eu cette interrogation à l’esprit.

4La première partie (tome I) donne « les cadres institutionnel et politique » et les différentes politiques économiques, puis passe à « population, villes et campagnes » et à « l’œuvre sanitaire de la colonisation ».

5La seconde partie (tome II) traite des changements économiques, sociaux et culturels intervenus de la fin du xixe siècle à 1960, puis du « refus de l’ordre colonial » et des luttes pour l’indépendance, qui occupent les 200 dernières pages.

6Si le plan, dans son économie générale, n’est pas fondé sur la chronologie, celle-ci intervient évidemment dans chacun des thèmes étudiés. Cela nous vaut des allers et retours dans le temps, lorsqu’on passe d’un chapitre à l’autre, qui parfois sont quelque peu déconcertants. En revanche, cela nous procure des études magistrales sur les villes (Lomé en tête) et l’urbanisation du pays, incluses dans le tome I, et, dans le second tome, sur les religions (à côté des missions chrétiennes et de l’islam, une place conséquente est faite à la religion « traditionnelle »), l’enseignement et l’éducation, la littérature orale et écrite, la presse, les « couches sociales », les catégories socioprofessionnelles, entre autres.

7Chacun de ces thèmes est vu sous ses aspects généraux, mais aussi, tâche plus délicate, dans ses variantes à l’échelle des régions, qui sont pointées avec soin, dans un pays où les contrastes entre Nord, Sud et Centre sont manifestes. Parmi les apports de cet ouvrage monumental, citons une réévaluation de la colonisation allemande qui, curieusement, a bénéficié dans la population d’une image très favorable, avant comme après l’indépendance. La démonstration est convaincante : si le Togo allemand est une « colonie modèle », pour qui l’est-il ? Peut-être pour les colonisateurs (la colonie se suffisant à elle-même sur le plan financier), mais certainement pas pour les Togolais (trois écoles et onze prisons, la fermeture du Nord…).

8Le pari de renverser la perspective et de montrer comment les Togolais ont vécu sous les colonisations est remarquablement tenu, non seulement par l’étude de « la vie quotidienne des Togolais » (chapitre 30), mais également en leur donnant la parole à maintes reprises. Le fait mérite d’être souligné, alors que les historiens de la colonisation se cantonnent trop souvent à l’exploitation des archives et autres sources écrites. Ici, le « territoire de l’historien » s’élargit : à côté des « histoires de vie » et des témoignages (tel vieil instituteur évoque les débuts de sa carrière, et les difficultés de la scolarisation), les chansons vues comme arme politique sont mises à contribution, ce qui donne lieu à une intéressante typologie. Sont distinguées, en effet (chapitre 32), chansons de détermination, de ralliement, chansons satiriques et complaintes de malédiction. Les soldats des colonisateurs sont raillés, non sans humour, sous le sobriquet de « gros souliers ». Le rôle des femmes est mis en exergue : les revendeuses au marché diffusent des tracts et, en même temps qu’elles vantent, par leurs cris, leurs marchandises, elles annoncent les réunions des opposants, leurs lieu et date.

9Les auteurs, en fin de compte, ont satisfait à deux exigences qui auraient pu s’avérer contradictoires, celle de l’historien et celle du citoyen. Ces universitaires sont en effet habités par la volonté d’être utiles à leurs compatriotes, tout d’abord en mettant à leur disposition, à des prix abordables (l’impression se faisant sur place), un ouvrage qui les éclaire sur leur héritage, historique et culturel4.

10Ils ont veillé également à ce que l’histoire qu’ils retracent ne puisse raviver ici ou là d’éventuelles braises mal éteintes ou, plus important encore, ils se sont efforcés de désamorcer des facteurs de tensions et des clivages, notamment entre Nord et Sud, souvent artificiellement créés dans des buts qui n’ont rien de scientifiques, et qui d’ailleurs sont observables dans la plupart des États de la Côte de Guinée.

11De plus, ces universitaires ont eu d’emblée le souci de mettre à la portée des enseignants des écoles, lycées et collèges une sorte de condensé de leurs travaux, afin de renouveler l’enseignement de l’histoire nationale qui restait basé sur un état des connaissances vieux d’un demi-siècle. Ainsi deux fascicules ont été publiés : Le peuplement du Togo, état actuel des connaissances historiques, paru en 1996 et Le Togo colonial (1884-1960), toujours sur les presses de l’ub, et déjà en circulation à un prix modique. Autrement dit, ils ne laissent pas à d’autres, comme c’est souvent le cas en France, notamment chez les historiens de l’Afrique, l’important travail de vulgarisation. L’étape suivante sera d’obtenir l’intégration de ces acquits dans les manuels scolaires.

12On ne doute pas que cette réussite exemplaire fasse des émules dans d’autres universités de l’Afrique subsaharienne, et notamment dans celles de la sous-région ouest-africaine.

13Contact à l’Université de Lomé : agoeh@tg.refer.org

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage prend la suite d’un premier volume qui porte sur les périodes antérieures : l’Histoire des Togolais des origines à 1884, Presses de l’UB, Lomé, 1997, 443 p. On ne peut s’abstenir de remarquer que, relativement aux sept décennies et demie de la période coloniale, le passé antérieur a la portion congrue.
2 Rappelons que les Togolais ont connu trois expériences coloniales : allemande de 1884 à 1914, anglaise de 1914 à 1920 sur une partie du Togo allemand, puis française de 1914-1920 à 1960, avec un statut international de territoire sous mandat de la SDN (de 1920 à 1945), puis sous tutelle de l’ONU (de 1945 à 1960).
3 Les membres du Comité de rédaction sont N’buéké Adovi Goeh-Akue, Yves Marguerat et Koffi Badow Tcham. La direction scientifique a été assurée avec continuité par le professeur Nicoué Lodjou Gayibor.
4 La productivité du Département d’Histoire et d’Archéologie de l’Université de Lomé en matière de publications (mémoires et relations de voyage notamment) est considérable. Quant à la logistique, la réalisation de l’Histoire des Togolais a été favorisée par les liens étroits établis depuis 1980 entre le Centre de recherches africaines de l’Université Paris I et le Département d’Histoire de l’Université de Lomé (anciennement Université du Bénin). Leur coopération s’est inscrite dans le cadre de la DAGIC puis dans les programmes CAMPUS et CORUS.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « Gayibor, Nicoué Lodjou. – Histoire des Togolais de 1884 à 1960 », Cahiers d’études africaines [En ligne], 186 | 2007, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/7520

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page